TEST : NEW BALANCE 1500 V6

Hello tout le monde ! Si vous faites partis de ceux qui me suivent depuis quelque temps. Vous savez donc que je me suis mis à la course à pied avec pour objectif une spécialisation dans le trail.

À mes débuts, j’avais la banale paire de basket, mais plus mes petits entraînements s’intensifiaient, plus j’avais mal aux pieds dans ces chaussures ! Me voilà donc partis à la recherche de la paire « miracle », et j’ai sincèrement trouvé mon bonheur chez New Balance. C’est une paire que j’ai achetée sur I-run, un site que je vous conseille fortement, vous avez de bonne affaire à faire !

Pour revenir à la New Balance 1500 V6, c’est une paire que j’ai depuis 1 mois et demi.

J’ai directement ressenti que c’était « LA » paire pour moi.

Adrien Colussi

En effet, vous allez être sur un modèle très léger, quand je la porte, j’ai cette sensation de rien avoir au pied, et c’est juste incroyable.


À noter que je l’utilise principale sur piste car elle à un très faible drop. Prochainement, je pense chercher une paire avec un drop un peu plus important pour mes entraînements sur route, et à mon avis, en restant chez New Balance.

Les caractéristiques de la New Balance 1500 V6 :

  • Poids : 204g
  • Drop : 6mm
  • Prix catalogue : 120€
  • Usage : Vitesse, compétition et semi-marathon maximum
  • Points forts : Renfort pronation et dynamique
  • Points faibles : La forme du talon peut gêner

Cette chaussure va viser des coureurs avec une foulée dites dynamique sur l’avant du pied. En termes de look, vous allez retrouver les mêmes codes que sur la New Balance FuelCell RC Elite et son logo dites « strié » sur l’avant du pied.

XOXO BLUE.

New Balance Suisse :

Kilian Jornet, lance sa fondation !

Kilian Jornet, la star du trail, lance sa propre fondation avec pour objectif la préservation des milieux montagneux.

La montagne est un milieu dans lequel l’athlète espagnole, évolue depuis sont plus jeune âge. C’est quelque chose qui fait partie intégrante de sa vie. Il n’y a que voir sur ses réseaux sociaux, chaque jour, il fait une sortie en montagne.

Projet ambitieux, mais sans doute nécessaire, cette fondation répondra à trois grands objectifs :

  • Alerter et éduquer : cela représente l’une des plus grosse parts de la fondation de l’athlète.
  • Mener ou financer des projets : l’idée est de pouvoir trouver des solutions aux problèmes environnementaux, déjà présent, touchant les milieux montagneux.
  • Fiancer des projets de recherche : c’est le dernier objectif de la fondation, qui sera le financement de projet de recherche pour lutter contre le changement climatique en montagne.

« Je devais changer ma façon de vivre pour être plus cohérent avec mes valeurs et mon amour des montagnes. »

Kilian jornet

La fondation s’est ainsi associée au World Glacier Monitoring Service de l’Université de Zurich, un programme qui recueille des informations sur les changements des glaciers depuis plus de 125 ans.

« La Fondation Kilian Jornet a été créée afin d’atteindre des objectifs que nous ne sommes plus capables d’atteindre individuellement, pour partager des connaissances et des compétences pour un objectif commun : préserver l’environnement montagnard et lutter contre ce qui le met en danger », détaille encore Pau Ylla, directeur de la Fondation. 

Aujourd’hui, le trail comme tous les sports de montagne sont concerné par ses problèmes, je pense sincèrement que la création de cette fondation avec un tel représentant comme Kilian Jornet, pourra apporter que du positif et peut-être faire changer les mentalités. Un des premiers exemples que je citerais de Kilian, il a pris la décision de diminuer drastiquement ses déplacements pour participer à des compétitions.

L’athlète espagnol est maintenant suivi par près de 1 million de personnes sur Instagram, et c’est sur ce réseau qu’il communique le plus, avant sa fondation, il commençait déjà à sensibiliser sa communauté sur ses problématiques.

XOXO BLUE.

Vous pouvez retrouver Kilian Jornet :

CARNET DE VOYAGE : ST LUC

Hello tout le monde ! J’espère que vous allez bien ? J’ai reçu plusieurs messages sur Instagram, me demandant ce qu’il y avait à faire à St-Luc dans le Valais. Alors j’ai décidé de vous écrire ce premier carnet de voyage !

Pour commencer, St-Luc vous offrira une vue extraordinaire sur le Val d’Anniviers. Vous pourrez voir le célèbre sommet du Cervin ! Pour vous situer cet écrin de nature, St-Luc se trouve à environ 2h30 de Genève.

De manière générale :

L’hiver :

  • 1 Domaine skiable
  • 1 Ecole de ski
  • Randonnées à raquette
  • Patinoire naturelle
  • Rando Parc
  • …..

L’été :

  • Randonnée pédestres
  • 1 bike Park avec plusieurs niveau
  • Trottinettes tout-terrain
  • Tenis
  • ….

JOUR 1 :

Nous sommes parties de Genève au alentour de 14 h 00, direction le Canton du Valais ! On a un peu d’appréhension sur la route, à savoir si nous serrions dans les embouteillages ou non. Finalement, 2 h 30 plus tard nous voilà arrivé dans ce magnifique village de St-luc. Objectif, récupérer les clefs de l’appartement ! Nous avons trouvé une pépite sur Airbnb, logement moderne, mais tout en gardant le charme d’un appartement de montagne, et le clou du spectacle est cette vue imprenable sur la vallée ainsi que sur l’hôtel du Weisshorn. On reste cool à l’appartement, premier apéritif sur la terrasse et premier repas entre amis ! (Pour les fans de la cuisine italienne… Nous avons mangé des lasagnes.).

JOUR 2 :

9 h 00, le réveil sonne, on décide de se faire un petit brunch à l’appartement et partir en balade. St-luc est connu pour son célèbre chemin des planètes. C’est une randonnée avant tout ludique qui vous permets de découvrir les planètes du système solaire, chaque mètre que vous allez parcourir correspond à 1 million de kilomètres. Nous avons prit le funiculaire de St-Luc pour monter au départ de Tignousa, avec les réglementations sanitaire dut au COVID-19, le masque est obligatoire dans ce dernier, et vous pourrez monter dans le funiculaire seulement 5min avant le départ.

JOUR 3 :

Il ne faisait pas super beau ce jour-ci, alors on a décidé de réserver des vols en simulateur de chute libre à Sion, qui est à +/- 40 min en voiture de St-Luc. Grande première pour moi, et je dois vous avouer que les sensations sont bien présentes ! Les vols durent en moyenne 1 min, nous, nos vols ont duré un petit peu plus longtemps, nous étions 4 et avions 10 vols, donc nous avions répartit, ce qui nous permettait de voler 1m15.

Pour vous expliquer, comment cela se passe, vous allez partir vous équiper avec votre instructeur, qui va ensuite vous faire tout un briefing de la position à adopter, des gestes à comprendre dans le simulateur pour améliorer votre position, etc. Une fois que vous êtes prêt, direction le SAS du simulateur ! Il y a un écran qui vous permet de savoir quand vous devez vous préparer et quand c’est votre tour. Vous pouvez également voir les autres participants grâce à un écran et une caméra qui est installé à l’intérieur. 

RealFly vous propose également un package photos + vidéos, afin de garder un souvenir de vos vols ! Je vous conseils de prendre un package qui vous permets de faire 2 vols, 1 vol ce n’est pas assez pour être à l’aise dans le simulateur. Ce qui est assez perturbant, vous bougez à peine votre main ou votre jambe et vous êtes déjà déséquilibré. 

Pour conclure cette expérience, c’est quelques choses à faire, on ressent de vraies sensations !

JOUR 4 :

Deuxième jour OFF du séjour, on reste tranquille à l’appartement, on profite pour faire du montage vidéo, répondre aux e-mails et petite séance de jeux de société entre amis.

JOUR 5 :

Aujourd’hui, c’est le jour de la randonnée, que je voulais le plus faire. Nous partons pour le Bisse des Sarrasins, pour commencer cette randonnée, il faudra prendre le départ au village de Pinsec. Petit conseil, si vous avez la possibilité d’avoir deux voitures, c’est de d’en déposer une à l’arrivée au village de Vercorin. Sinon, vous pourrez redescendre à Pinsec en car postal. Ce bisse date du XVème siècle. Il est entouré de légendes, notamment en ce qui concerne la présence ou pas des Sarrasins dans les Alpes Suisse. 

Cette randonnée est catégorisée en tant que difficile, car vous avez +/- 600m de dénivelé (300 dev + et 300 dev-) au départ et l’arrivée, sinon dans l’ensemble, vous serez sur une randonnée « plate ».

  • Longueur : Environ 10km
  • Temps : Environ 5h
  • Meilleure période : De juin à octobre

JOUR 6 :

C’est notre dernier jour à ST LUC, car nous repartons samedi matin pour Genève ! Aujourd’hui, le réveil sonne à 4h du matin, l’office du tourisme de St Luc organisait avec l’aide de chasseurs bénévoles la découverte de la Faune sauvage. Entre nous le réveil était très dur, mais ça en valait la peine ! 

Nous avions donc rendez-vous à 5h00 devant l’office du tourisme où notre guide nous attendait, départ en mini bus jusqu’à l’hôtel du Weisshorn où débute notre petite aventure…

Cette sortie à durée +/- 3h00 et nous avons eu la chance de pouvoir observer : un lynx, une biche, un chamois et des chevreuils !

Bon entre nous, faut être patient, au début je me suis dit « Bon bas tu t’es levé à 5h pour rien ». Ensuite à 8h30 nous sommes retournés à l’hôtel pour prendre un petit-déjeuner et ensuite redescendre à St-Luc.

RESTAURANTS :

Pour les restaurants, je vous conseille fortement le café de la poste, et de profiter de la raclette à volonté, vous ne serez pas déçu !

Pour conclure, St Luc est une destination que j’ai adorée, chaque randonnée vous en avez pleins les yeux. Prochainement, je vous posterais le Vlog de St-Luc sur YouTube !

XOXO BLUE.